mercredi 22 août 2007

Spock et ma vie privee

Il ne s'agit pas ici d'un célèbre personnage de la série Star Trek.
Spock est l'acronyme [1] de Single Point Of Contact & Knowledge (que je traduirai approximativement par point d'accès unique aux informations connues d'un contact).

Ce billet entrera dans la catégorie coups de gueule.

Spock part du principe qu' un tiers des recherches effectuées sur Internet ont trait à une personne.

C'est ce qu'on appelle « Googler quelqu'un » ou « Googleiser quelqu'un » .
Qui n'a jamais cherché la trace d'une ancienne conquête ou comme Marc Seidman [2] tapé son propre nom ?

Cette entreprise californienne [3] composée d'une trentaine d'employés répartie entre les États Unis et l'Inde a ouvert le 8 août dernier les portes de son site Internet.

Sur ce site, on trouve un moteur de recherches de personnes en version bêta.
Tout comme les autres moteurs de recherche (Google, Yahoo!, Msn, etc.), cette société indexe la toile.

Là où cela me gêne vraiment, c'est ce que devient cette indexation :

  • les informations glanées sur les personnes sont agrégées pour afficher en résultat une fiche sur l'individu.
Cela me donne la désagréable impression d'une entreprise qui cherche à constituer un biscuit avec les miettes laissées (volontairement ou non sur le net).

C'est déjà assez minant de savoir qu'il est impossible d'effacer définitivement un écrit, une image, ... publiés plus tôt sur la toile sans que des e-paparazzi viennent fouiller nos poubelles électroniques.

C'est ici que la nationalité de l'entreprise prend tout son sens.

En effet, la loi française interdit la collecte d'informations à caractère personnel à l'insu des individus.
Il faut clairement recueillir leur accord. [4]

Ce que j'aime tant dans l'Internet :
  • son aspect communautaire
  • le partage
  • la Liberté
s'en trouve menacé.

Comment lance t'on une recherche sur Spock ?
Il suffit de taper le nom et le prénom de la personne ou des tags [5]

De quoi se compose une fiche « personnelle » ?


profil_Spock_Steve_Jobs










En résumé :
  • Nom, prénom
  • âge
  • sexe
  • situation géographique
  • pseudonymes s'il y a lieu
  • photos
  • relations (amis, famille, collègues, successeurs, conquêtes, ...)
  • moyens de contacter cette personne
  • tags
  • etc.
Cet inventaire à la Prévert [6] soulève de nombreuses questions.

Le droit relatif aux photos (copyright) est-il scrupuleusement respecté ?
Rien sur le site n'aide à répondre à cette question.


spock_pictures_Bill_Clinton

Il faut savoir que les internautes peuvent après s'être inscrits transférer des photos pour compléter les profils.
Pour exemple, regardez les photos concernant Bill Clinton.





Qui se charge de vérifier la pertinence des informations délivrées dans la fiche ?
D'après une entrevue avec le PDG, un algorithme, je vous laisse juge de son efficacité ...

Au-delà de la collecte intrusive et illégale des données personnelles c'est aussi le problème de la véracité qui se pose.

Chacun pouvant ajouter sa propre fiche, il est évident que vont fleurir les profils bidons (études imaginaires, anciens employeurs virtuels, etc.)

Où commence et où s'arrête la sphère privée ?

L'éthique et la respect de la vie d'autrui n'étouffent pas cette jeune pousse.
Les dirigeants de Spock se cachent derrière l'excuse selon laquelle d'autres entreprises occupent déjà le secteur des moteurs de recherche sur les personnes.

Toute information publiée sur un individu (par lui même ou non) [7] peut ainsi se retrouver sur Spock.
Il est même permis à tout internaute inscrit d'ajouter ce que bon lui semble sans aucun garde-fou [8].
Spock ne vérifie pas ce qui est ajouté.

Spock pousse le bouchon jusqu'à attendre des internautes qu'ils alimentent eux-mêmes ce moteur vorace.
Inscris-toi, ajoute ta fiche, ajoute celle de tes amis et de tous tes contacts (Gmail, Yahoo! mail, Hotmail, Outlook, etc.).

Tu n'es sûr de n'avoir oublié personne ?


tags_George_W_Bush

Dans le domaine de l'interactivité, les internautes inscrits sont invités à voter pour les tags déjà présents et à en ajouter de nouveaux.
Ainsi George W. Bush est indexé avec notamment les tags suivants :


  • miserable failure
  • failure
  • idiot
  • Stupid?
  • having problem swallowing pretzel
  • liar
Non seulement c'est un peu carnivore [9] mais cerise sur le gâteux ce n'est pas non plus fiable.

Pour le moment, 100 millions de fiches sont ouvertes à la consultation.
300 millions d'autres seraient en préparation.
3/4 de ces fiches concernent des américains (hommes politiques, acteurs, grands patrons, stars du porno, personnalités hautement médiatisées, etc.).

Les actrices et acteurs du X sont également indexés selon leur préférence sexuelles (hétéro, homo ou bi).
De nombreux ados ayant ouvert un compte sur MySpace se retrouvent gratifiés du tag
« pornstar » à croire que ce domaine artistique suscite des vocations outre-Atlantique.

On peut trouver néanmoins quelques français :
  • Éric Tabarly
  • Olivier de Kersauson
  • Montesquieu
  • Alain Delon
  • Landru
et bien d'autres.


Source de la photo : www.marchandguerin.com

L'ambition de Spock est de devenir le leader mondial de la recherche de personnes sur Internet : un Google à la sauce Big Brother.

Quel est le business-model ?

À terme Spock proposera d'accompagner les fiches et les requêtes de recherche par de la publicité ciblée.
Vu la pertinence actuelle des informations on peut mettre en doute la qualité du ciblage.

Y a t'il des concurrents ?

Oui même s'ils sont orientés un peu différent du point de vue de la finalité. ZoomInfo qui s'est spécialisé dans les contacts professionnels, UpScoop qui cible le carnet d'adresses et enfin Streakr et Wink qui se penchent sur les réseaux sociaux [10]

Quels sont nos recours ?

Spock promet qu'il supprimera tous les profils des utilisateurs qui le souhaiteront.

Des associations telles que l'Electronic Frontier Foundation et des institutions européennes semblables à la Cnil se penchent sur le cas des moteurs de recherche sur les invidus.
Les implications juridiques ne devraient pas tarder à poindre.

Souhaitons-leur bonne chance !

Bonnes recherches sur la toile à toutes et tous et évitez de vous laisser ficher !

@+
Bluebeetleone,

[1] Un acronyme est d'un groupe de mots formé par la ou les premières lettres de ces mots dont le résultat se prononce comme un mot normal
[2] Personnage d' Harlan CobenHarlan_Coben dans « Une chance de trop »
[3] Cette précision a toute son importance. Nous le verrons plus loin dans le billet.
[4] L'individu conservant à tout moment un droit de regard et de suppression des informations le concernant.
[5] En français des mots-clé; On les ajoute par exemple sur un blog pour faciliter la recherche et l'indexation.
[6] Célèbre poète et scénariste français.
[7] Mince, je n'aurais jamais dû parler des spermatozoïdes de Bill Gates.
[8] Garde-fou ou mesure préventive.
[9] Encore une merveilleuse invention technologique américaine.
[10] Cela revient à mettre en commun sur Internet des contacts (les amis de mes amis sont mes amis) afin de se créer de nouvelles opportunités.